Rennes : Refus d’obtempérer, la garde à vue du conducteur prolongée

Partager :

Dans la nuit du Mardi 6 au Mercredi 7 Septembre, une femme de 22 ans a été tuée et un homme de 26 ans blessé par un policier de la brigade de recherche et d’intervention de Nantes (Loire-Atlantique) alors qu’ils tentaient d’échapper à un contrôle mené dans le cadre d’une opération anti-drogue à Rennes (Ille-et-Vilaine).

La garde à vue du conducteur, très défavorablement connu pour trafic de stupéfiants, a été prolongée. Le parquet a sollicité du juge des libertés et de la détention une prolongation de la garde à vue du conducteur au-delà de 48 heures initiales.

Le policier auteur du tir qui a mortellement touché la passagère qui se trouvait dans la voiture a été entendu, à ce stade, par l’inspection générale de la police nationale comme témoin.

111 grammes de cocaïne a été retrouvée à proximité des lieux

Quant aux investigations, elles se poursuivent et permettent de mieux comprendre ce qui s’est passé. Les dégâts constatés sur le véhicule Peugeot 208 et sur les véhicules de police attestent d’une cinétique importante au moment des chocs. Des constatations qui tendent à démontrer que le conducteur de la voiture a donc bien essayé de forcer le barrage.

Une quantité de 111 grammes de cocaïne a été retrouvée à proximité des lieux le long de la bretelle d’accès. Un policier a indiqué avoir vu ce sachet être projeté depuis le véhicule Peugeot 208, à la suite de la première intervention d’un policier invitant, l’arme au poing, le conducteur à descendre de son véhicule. Mais celui-ci n’obtempère pas. Il redémarre à vive allure et se dirige vers le policier qui devait tirer, avant de s’encastrer dans les 2 véhicules de police banalisés positionnés afin d’obstruer le passage.

Un traumatisme thoracique avec hémothorax droit majeur

L’unique balle tirée par le policier a d’abord traversé le bras droit du conducteur de la Peugeot avant de toucher la passagère. L’autopsie de la victime a permis de déterminer que le décès résultait d’un traumatisme thoracique avec hémothorax droit majeur. Le projectile, retrouvé dans le corps, ayant perforé le ventricule droit, le diaphragme, le foie et le poumon droit.

En plus de l’enquête concernant le trafic de stupéfiants, 2 enquêtes ont été ouvertes : l’inspection générale de la police nationale a été saisie, comme c’est le cas lorsque les policiers font usage de leur arme. Et une enquête pour tentative d’homicide sur personne dépositaire de l’autorité publique a été confiée à la police judiciaire. Une troisième procédure pour trafic de stupéfiants est elle toujours en cours.

Partager :
Allo17.fr Bretagne
Allo17.fr Bretagne

Retrouvez les actualités importantes et vérifiées police et gendarmerie de la région Bretagne en temps réel.

Publications: 332

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *