8 Mai : Commémoration de la victoire du 8 Mai 1945 en France

Partager :

Après un rassemblement restreint l’an passé pour cause de COVID-19, ce Dimanche 8 Mai ont lieu partout en France les traditionnelles cérémonies de commémoration de la victoire du 8 Mai 1945. À Paris (Île-de-France), cette 77e édition a été lancée à 11 heures depuis la place Clemenceau.

Le chef de l’État est arrivé en voiture pour déposer une gerbe devant la statue du général de Gaulle en bas de l’avenue des Champs-Élysées à 11 heures. Un bleuet à la boutonnière, Emmanuel Macron a échangé quelques mots avec le petit-fils du général, avant de remonter dans sa voiture pour rejoindre l’Arc de Triomphe, escorté par la grande escorte mixte de la garde républicaine, salué par quelques passants.

Place de l’Étoile, Emmanuel Macron a retrouvé Jean Castex et les Ministres des Armées et des Anciens combattants, Florence Parly et Geneviève Darrieusecq. Il a rendu honneur au drapeau, avant de passer en revue les troupes puis de déposer une gerbe de fleurs sur la tombe du Soldat inconnu et raviver la flamme.

Rennes

À Rennes (Ille-et-Vilaine), Emmanuel Berthier, préfet de la région Bretagne, préfet de la zone de défense et de sécurité Ouest et préfet d’Ille-et-Vilaine, a présidé la cérémonie qui était organisée place de la mairie, en présence notamment de Nathalie Appéré la maire de Rennes. À l’issue de la cérémonie, l’officier général de la zone de défense et de sécurité Ouest et le général commandant la région de gendarmerie ont procédé à la remise de différentes décorations.

Marie-Pierre Vedrenne, députée européenne est conseillère régionale de Bretagne était présente à la cérémonie de Rennes et celle de la commune du Rheu (Ille-et-Vilaine) en présence des gendarmes d’Ille-et-Vilaine, des pompiers de l’Hermitage et pour une première, de la Protection Civile de Mordelles (Ille-et-Vilaine).

Caen

À Caen (Calvados), l’hommage est célébré place Foch, en présence du maire de Caen, Joël Bruneau, et du nouveau préfet, Thierry Mosimann, qui lit le message de la secrétaire d’État aux Anciens combattants.

Les représentants des différentes forces de l’ordre et des pompiers participent également à la cérémonie, aux côtés de nombreux anciens combattants. Exceptionnellement, un bataillon d’élèves de l’école de Saint-Cyr-Coêtquidan est présent.

Lyon

À l’entrée principale du parc de la Tête d’Or à Lyon (Rhône), s’est tenu le 77e anniversaire de la victoire du 8 Mai 1945. La cérémonie a débuté à 10 heures avec l’arrivée des autorités civiles et militaires Pascal Mailhos, préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Grégory Doucet, maire de Lyon ou encore des généraux.

La cérémonie était aussi l’occasion d’une remise de décorations faite à des officiers, sous-officiers ou encore militaires du rang. Au total, 12 médailles ont été reçues dont des médailles de chevalier de l’ordre national du mérite et des médailles militaires.

Plusieurs gerbes de fleurs ont été déposées par les officiels, accompagnés par des jeunes du SNU (Service National Universel). Pour clore la cérémonie, les portes drapeaux ont été salués par les autorités, avant que ne soit joué l’hymne européen.

Marseille

À Marseille (Bouches-du-Rhône), malgré la pluie, une petite centaine de personnes s’est rassemblée pour célébrer la fin de la guerre 1945. De nombreux élus municipaux, départementaux et régionaux sont venus déposer des gerbes de fleurs sous l’Arc de Triomphe, la Marseillaise en toile de fond, interprétée par la légion étrangère.

Christophe Mirmand, préfet de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur a lu le discours de Geneviève Darrieussecq, secrétaire d’État auprès de la Ministre des Armées, chargée de la mémoire et des anciens combattants.

« La guerre a eu lieu. Si tragique et terrifiante. »

La guerre a eu lieu. Si tragique et terrifiante. Rien ne fut plus comme avant. Rassemblés et fraternels, nous ne l’oublions pas. La guerre a lieu. Si proche et dramatique. Le visage de l’Europe en est changé. Rassemblés et fraternels, nous le savons. En ce 8 Mai 2022, dans chaque ville et village de France, sur nos places, squares et jardins municipaux, devant nos monuments aux morts et mémoriaux, nous commémorons le 77ème anniversaire de la fin de la seconde guerre mondiale en Europe avec une singularité toute particulière, en écoutant les douloureux échos du temps. Nous, qui savons la fragilité de la paix, le passé nous instruit, les morts nous instruisent. La mémoire est un héritage autant qu’elle est une leçon. D’abord, l’unité de la France qui n’est jamais aussi forte que lorsqu’elle est rassemblée et solidaire, que lorsqu’elle se soustrait à la fureur des dissensions et des divisions, que lorsqu’elle regroupe le meilleur d’elle-même pour construire les ambitions du conseil national de la résistance. Ensuite, le chemin de l’Europe qui fut le seul pour la réconciliation des nations européennes, qui a été façonné par les rêves de plusieurs générations successives, qui demeure celui de l’espérance dans le progrès collectif, celui du refus du nationalisme, celui d’une fraternité vivace. Enfin, ce chemin de l’unité et de l’Europe n’est rien sans l’attachement viscéral de la France à la dignité de l’Homme et à ses droits fondamentaux. Ce combat nous le poursuivons ensemble. Inlassablement. En Français. En Européens. En femmes et hommes libres.

Christophe Mirmand, préfet de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur

Dijon

À Dijon (Côte-d’Or), la cérémonie a été orchestrée par le major Sylvie Dupuy et s’est déroulée en présence de Fabien Sudry, préfet de la Côte-d’Or, François Rebsamen, maire de Dijon, Rémi Delatte, député de la Côte-d’Or, Didier Martin, député de la Côte-d’Or, François-Xavier Dugourd, vice-président délégué du conseil départemental de la Côte-d’Or, et Denis Hameau, conseiller régional de Bourgogne-Franche-Comté, ainsi que le général de division Edouard Hubscher, commandant la région de gendarmerie de Bourgogne-Franche-Comté, le général de brigade Pascal Hurtault, commandant l’École de Gendarmerie de Dijon, le lieutenant-colonel Étienne Royal, délégué militaire départemental adjoint de la Côte-d’Or.

Durant la cérémonie, l’équipe de la Protection Civile a dû prendre en charge plusieurs personnes, principalement des enfants et des jeunes adultes, pour des malaises sans gravité. La déshydratation et le stress d’une première cérémonie pourraient notamment en être la cause. Devant le nombre de patients et du fait de la participation de jeunes sapeurs-pompiers, une ambulance du SDIS de la Côte-d’Or est venue prêter main forte à la Protection Civile.

Partager :
Image par défaut
Allo17.fr

Retrouvez les actualités importantes et vérifiées police et gendarmerie des régions et départements en temps réel.

Publications: 271

Laisser un commentaire