Magali Blandin : Un mois plus tard, aucune trace de cette mère de 4 enfants n’a été décelée

Partager :

Le Jeudi 11 Février 2021 disparaissait Magali Blandin, une femme 42 ans. Un mois plus tard, aucune trace de cette mère de 4 enfants n’a été décelée, malgré le travail acharné des gendarmes.

Ce Jeudi 11 Mars, les militaires poursuivent leurs investigations sans exclure aucune hypothèse, qu’il s’agisse d’un suicide, d’un accident, d’une disparition volontaire, voire de l’intervention malveillante d’un tiers.

Notre objectif est de fermer les portes les unes après les autres et lever les points de doute. Mais pour le moment la situation n’a pas changé.

Laurent Chapparo, commandant de la compagnie de gendarmerie de Montfort-sur-Meu

Jeudi 11 Février, Magali Blandin avait rendez-vous chez un psychologue

Le jour de sa disparition, Jeudi 11 Février, Magali Blandin avait rendez-vous chez un psychologue, à Pleumeleuc (Ille-et-Villaine). Mais elle ne s’y est pas rendue. Ce jour-là, alors que les chemins étaient encore enneigés, le téléphone de cette habituée des randonnées a été pour la dernière fois géolocalisé près du Garun, un petit cours d’eau, dans le bocage. Sa trace est perdue en fin de matinée. Le lendemain, Vendredi, une collègue de travail signale sa disparition. En effet, Magali Blandin n’est pas venue chercher ses 4 enfants à la sortie de l’école alors qu’elle en avait la garde pour le week-end. Plusieurs battues ont depuis été organisées pour tenter de la retrouver, dont une le 16 Février qui a réuni 300 personnes.

Magali Blandin avait quitté le domicile conjugal après s’être séparée de son conjoint

Depuis Septembre 2020, Magali Blandin, avait quitté le domicile conjugal, à Montauban-de-Bretagne (Ille-et-Villaine), après s’être séparée de son conjoint. Elle avait emménagé dans un appartement à Montfort-sur-Meu, à une quinzaine de kilomètres de là.

Juste après sa séparation, elle avait déposé plainte pour violences conjugales, a indiqué le parquet de Rennes dans un communiqué. Elle avait fait état de plusieurs épisodes ponctuels au cours de la vie conjugale, mais avait également précisé à ce moment-là qu’elle-même avait pu se montrer violente également, précise le procureur de la République de Rennes, Philippe Astruc.

A la suite de cette plainte, son mari avait été placé en garde à vue. L’enquête a été classée sans suite pour infraction insuffisamment caractérisée, le 4 Septembre 2020.

Toute personne qui croiserait sa route ou qui aurait des informations à son sujet, permettant d’aider les investigations en cours, est invitée à contacter la communauté de brigades de Montfort-sur-Meu, en composant le 17 ou en appelant le 02.99.09.00.12.

Partager :
Allo17.fr Bretagne
Allo17.fr Bretagne

Retrouvez les actualités importantes et vérifiées police et gendarmerie de la région Bretagne en temps réel.

Publications: 332

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *