Hérault : Nadia Mostefa, capitaine de gendarmerie a mis fin à ses jours

Partager :

Nadia Mostefa, capitaine de gendarmerie, avait 40 ans et un fils de 6 ans. Elle a mis fin à ses jours à Montpellier (Hérault), en s’immolant par le feu. Des témoins ont tenté de la secourir.

Elle se serait aspergée d’essence

Le drame s’est produit ce Mercredi 16 Mars dans le quartier de Celleneuve-Alco à Montpellier. Elle se serait aspergée d’essence alors qu’elle se trouvait dans sa voiture, avant d’allumer le feu avec un briquet. Nadia est sortie de son véhicule sous les yeux des témoins qui ont tenté de lui venir en aide.

Transportée dans un état critique au service des grands brûlés du Centre Hospitalier Universitaire Lapeyronie, elle souffrait de brûlures sur 40% du corps au 3e degrés. Son pronostic vital était alors engagé. Elle a succombé à ses blessures, le décès de Nadia a été prononcé ce Jeudi à la mi-journée.

Une enquête ouverte pour déterminer la cause de cette tentative de suicide

Nadia aurait agi ainsi après avoir appris une douloureuse décision, la perte de la garde de son fils. Elle était en dépression depuis plusieurs mois, au point d’être actuellement en arrêt-maladie comme le confirme le groupement de gendarmerie.

Les policiers de la sécurité publique du commissariat central de Montpellier sont chargés de l’enquête pour déterminer la cause de cette tentative de suicide publique.

Plusieurs hommages sur les réseaux sociaux

Plusieurs de ses collègues lui rendaient hommage sur les réseaux sociaux. Elle était officier de gendarmerie et avait été affectée au service des ressources humaines du groupement de gendarmerie de l’Hérault entre 2019 et 2020.

Elle avait exercé plusieurs postes comme officier de communication notamment du côté du groupement de gendarmerie de Bourgogne Franche-Comté.

Elle était connue pour sa gentillesse et son dévouement, notamment sur le réseau social Twitter où elle était active.

Très engagée dans la lutte contre les violences intrafamiliales et l’égalité professionnelle entre homme et femme, elle avait participé en Rhône-Alpes à la mise en place, par la gendarmerie, de sessions d’initiation aux techniques de self-défense pour les femmes.

Elle participait ses dernières années aux actions menées par l’association les « Képis Pescalunes », dont le siège est implanté à Lunel (Hérault). Elle avait très rapidement pris attache avec l’association, qui se consacre aux orphelins de la gendarmerie.

Hugues Moutouh, le Préfet de l’Héraut, a fait part de sa tristesse devant cet affreux drame qui nous touche infiniment.

Il y a peu, nous avons eu l’occasion d’échanger avec elle dans le cadre de ses fonctions. Des échanges toujours très appréciés, professionnels, respectueux. Un très grand merci Nadia.

Nous adressons à sa famille ainsi qu’à ses proches et ses camarades nos plus sincères condoléances et tout notre soutien dans cette épreuve difficile.

Le Ministère de l’Intérieur a mis en place 2 dispositifs pour lutter contre ce fléau qui touche durement les policiers. Une ligne d’écoute est disponible pour les fonctionnaires victimes d’agressions ou de menaces au 08.00.95.00.17, tous les jours, de 5 heures à 23 heures et une cellule de soutien psychologique est aussi ouverte 24h/24 au 08.05.23.04.05. Les appels sont anonymes, confidentiels et gratuits.

Si vous avez des idées suicidaires, en parler peut tout changer. Appelez le 3114, écoute professionnelle et confidentielle, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Appel gratuit.

Partager :
Image par défaut
Allo17.fr Occitanie
Publications: 122

2 commentaires

Laisser un commentaire