ENTRETIEN. « Mais où je suis tombé ? » : Il raconte ses deux années infiltré dans la police

Partager :

Le journaliste Valentin Gendrot a passé deux ans en immersion secrète dans la police. Il en a écrit un livre qui relate un quotidien fait de violences, et d’insultes racistes et homophobes. Sorti le 3 septembre, c’est déjà un succès de librairie : plus de 15 000 exemplaires ont été vendus en moins d’une semaine.

Pendant deux ans, le journaliste Valentin Gendrot s’est infiltré dans la police, en tant qu’adjoint de sécurité pour vivre au plus près les conditions de travail des policiers.

Il en a écrit un livre qui révèle une formation insuffisante des policiers, une violence omniprésente, des bavures, des insultes racistes et homophobes, et le mal-être des policiers : 59 d’entre eux se sont suicidés en 2019.

Pourquoi avoir voulu infiltrer la police ?

Les violences policières se multiplient, mais les policiers eux-mêmes sont en souffrance au travail. C’est ce paradoxe qui m’a incité à aller voir au plus près les conditions de travail et écrire ce livre.

Policier est un métier extrêmement difficile, pour lequel on doit être armé psychologiquement, sinon on pète les plombs. Il faut s’imaginer le quotidien anxiogène, avec des vols, des toxicomanes, des agressions… Qui doivent être gérées avec du matériel inadapté, des voitures qui tombent en panne pendant les patrouilles, une violence permanente…

Votre première journée au commissariat a été mouvementée. Que s’est-il passé ?

Je me suis demandé : « Mais où je suis tombé ? » Dès le premier jour, j’ai vu un homme gardé à vue se faire frapper par un policier. Et une dame de 70 ans venue déposer une main courante contre son mari qui la menaçait de mort, s’entendre répondre : « Revenez s’il recommence. » Tout de suite, sont apparues les violences ordinaires qui passent sous les radars, et l’impréparation des forces de police quant au traitement des affaires de violences conjugales.

Les policiers que vous décrivez sont violents, racistes, homophobes… Sont-ils tous comme ça ?

La majorité ne l’est pas, il ne faut pas généraliser. Dans la brigade où je travaillais, sur trente-deux policiers, cinq ou six l’étaient. Mais c’est le comportement de cette minorité qui discrédite l’ensemble de la profession, et qui la fait souffrir. Les violents doivent être sanctionnés, et c’est trop rarement le cas.

Quel accueil a suscité votre livre dans le milieu policier ?

Je n’ai reçu qu’un seul message d’un ancien collègue. Sinon : silence radio. Les syndicats de police sont d’accord avec moi pour déplorer les mauvaises conditions de travail, mais me reprochent d’exagérer sur les policiers violents. Sauf que je suis journaliste, je raconte une réalité, je rapporte des faits que l’infiltration m’a permis d’observer, et c’est tout.

Vous dites avoir été témoins d’une bavure (1). Que pensez-vous de l’enquête ouverte par l’IGPN pour vérifier la véracité des faits que vous présentez ?

C’est une excellente nouvelle. Il faut faire la lumière sur cette affaire. Je vais revenir sur mes déclarations de l’an passé. J’ai couvert la bavure, parce qu’à l’époque ça n’aurait rien changé. Dans la police, « on ne balance pas », ça ne se fait pas. J’aurais risqué d’être isolé, intimidé… et pas sûr que ça ait changé quoi que ce soit pour l’affaire.

Parler aujourd’hui a davantage d’échos. La vérité va pouvoir être rétablie pour cet adolescent qui a été frappé à l’arrière de la voiture. Maintenant que ça a été rendu publique, les langues vont se délier. Et d’autres policiers vont aussi pouvoir dire « non », pour que ce genre d’histoires ne se reproduise plus.

Flic, un journaliste a infiltré la police, de Valentin Gendrot, aux éditions Gouttes d’Or, 296 pages. 18 €.

(1) Un policier a roué de coups et insulté un adolescent qui l’aurait provoqué après un contrôle.

Source : https://www.ouest-france.fr/societe/police/entretien-mais-ou-je-suis-tombe-il-raconte-ses-deux-annees-infiltre-dans-la-police-6972753.

Partager :
Image par défaut
Allo17.fr

Retrouvez les actualités importantes et vérifiées police et gendarmerie des régions et départements en temps réel.

Publications: 272

Laisser un commentaire