Montfort-sur-Meu : Le mari de Magali Blandin a été placé en garde à vue

Ce Jeudi 18 Mars 2021, le mari de Magali Blandin a été placé en garde dans le cadre de l’enquête sur la disparition de cette mère de 4 enfants, le 11 Février 2021 à Montfort-sur-Meu.

Depuis sa disparition, les gendarmes ont mobilisé d’importants moyens pour tenter de retrouver Magali Blandin, avec l’aide de plongeurs et de chiens pisteurs. Des battues citoyennes ont également été organisées après le 11 Février 2021.

De ce que nous savons, 60 enquêteurs de la gendarmerie travaillent au quotidien sur l’enquête autour de cette affaire hors norme.

Dimanche 14 Mars, le GIGN procède à l’interpellation de quatre hommes et une femme de nationalité georgienne dans l’affaire Magali Blandin.

Le 25 Février, le mari de Magali Blandin avait alerté le juge d’instruction chargé de l’enquête sur la disparition de sa femme qu’il était victime d’une tentative d’extorsion et qu’il se sentait menacé par des personnes qui lui demandaient 15 000 €. Par mesure de précaution, les enfants du couple avaient été placés. L’homme avait quitté son domicile de Montauban-de-Bretagne. Une information judiciaire avait été ouverte sur ce volet, en parallèle de celle sur la disparition.

Un lien avec la disparition inquiétante de Magali Blandin ?

Selon nos informations, certains des interpellés du Dimanche 14 Mars connaissent le mari de Magali Blandin. Il possède des hangars qu’il loue maintenant, a-t-il eu un différend commercial avec ces interpellés ? Pourquoi lui réclament-elles de l’argent ? Est-ce en lien avec la disparition de Magali ?

Magali Blandin avait quitté le domicile conjugal après s’être séparée de son conjoint

Depuis Septembre 2020, Magali Blandin, avait quitté le domicile conjugal, à Montauban-de-Bretagne (Ille-et-Villaine), après s’être séparée de son conjoint. Elle avait emménagé dans un appartement à Montfort-sur-Meu, à une quinzaine de kilomètres de là.

Juste après sa séparation, elle avait déposé plainte pour violences conjugales, a indiqué le parquet de Rennes dans un communiqué. Elle avait fait état de plusieurs épisodes ponctuels au cours de la vie conjugale, mais avait également précisé à ce moment-là qu’elle-même avait pu se montrer violente également, précise le procureur de la République de Rennes, Philippe Astruc.

A la suite de cette plainte, son mari avait été placé en garde à vue. L’enquête a été classée sans suite pour infraction insuffisamment caractérisée, le 4 Septembre 2020. 

Le parquet décrit un climat de forte tension autour de la garde des enfants ainsi que sur des questions financières. Dans ce contexte, les enquêteurs ont retrouvé la trace d’un e-mail que la mère de famille souhaitait envoyer à son ex-conjoint à propos de l’organisation du week-end suivant sa disparition. Il intervenait après une discussion houleuse entre la mère et ses deux aînés. Néanmoins, aucun élément n’a laissé apparaître de lien avec sa disparition. 

Des vérifications ont été faites auprès du mari, mais elles n’ont révélé, en l’état, aucun élément l’associant à cette disparition ou laissant penser à sa présence à Montfort-sur-Meu. Une audience devant le juge aux affaires familiales devait avoir lieu le 8 Mars prochain.

Plus d’informations à venir dans les plus brefs délais…

Vous aimez notre article ? Partagez-le !
Allo17.fr Bretagne
Allo17.fr Bretagne

Les actualités de la région Bretagne.

Articles: 435

La lettre d’information de Allo17.fr

Recevez chaque Dimanche, un condensé des actualités de la semaine :

Un commentaire

  1. Une drôle d’histoire ! Il va falloir sérieusement suivre les témoignages dès proches de Magali. Mon gros coup de colère contre les forces de l’ordre. Je suis proche de Magali, depuis qu’elle à été séparée de son ex conjoint à Montauban-de-Bretagne, elle n’avait que des problèmes avec lui pour la garde des enfants. Lui, si « cool » il n’a quand même pas hésité à dire devant plusieurs personnes lorsqu’ils étaient ensembles à Montauban que cela ne le dérangeais pas de découper des corps humains. Que font les gendarmes sur ce témoignage ? De plus, elle était souvent recouverte de bleus par lui, il l’a frappais, il lui gueulais dessus dans les proches et rien… Les gendarmes n’enquêtent pas ! Par chez lui, il y à plusieurs étangs, du côté de Saint-Méen-le-Grand, le corps se trouve peut être la bas… Il faut chercher au lieu de chercher des témoins auprès des habitants de Montfort !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *