Lieuron : Un homme encore en garde à vue sera déférée ce Lundi

Partager :

Un homme est fortement suspecté d’être l’un des organisateurs de cette fête illégale, il doit être déféré ce Lundi. Le parquet a déjà indiqué qu’il demanderait son placement en détention provisoire.

Né en 1998 et sans antécédent judiciaire, il sera déféré Lundi au parquet de Rennes où sera ouverte une information judiciaire.

Afin de préserver les investigations à venir, des réquisitions de placement en détention provisoire seront soutenues.

Philippe Astruc, Procureur de la République de Rennes

Niant être l’un des organisateurs de la free party qui a commencé Jeudi et s’est achevée Samedi, le jeune homme a affirmé en garde à vue avoir été exceptionnellement autorisé à mixer, ce qui pouvait donner l’impression qu’il faisait partie des organisateurs.

Sauf que, selon le procureur, la téléphonie dément ses affirmations : Jeudi en fin d’après-midi, il a envoyé à plus de 1 000 contacts le « lieu exact d’implantation de la rave party ». Son téléphone portable a été identifié à Lieuron le jour même en début d’après-midi, au « moment où le matériel était installé sur les lieux en toute discrétion ».

Les investigations permettent d’indiquer qu’il n’est pas le seul organisateur de cette free party.

Philippe Astruc, Procureur de la République de Rennes

L’enquête se poursuit pour tenter d’identifier tous les organisateurs.

Un autre homme interpellé à Iffendic (Ille-et-Vilaine) avec le premier a été remis en liberté. Il a assuré n’être qu’un participant, ce que les éléments de l’enquête ne contredisent pas. Interpellé avec 1,22 g de cocaïne et 6,13 g de kétamine, il sera poursuivi par ordonnance pénale délictuelle pour usage de stupéfiants.

1645 verbalisations

Les six autres personnes interpellées Samedi lors des contrôles opérés à la suite de la dispersion de la fête ont également toutes été remises en liberté.

La garde à vue d’un autre homme « pour le recel de vol d’une mallette de la gendarmerie se trouvant dans le véhicule incendié et port d’arme de catégorie D (un cutter) a donné lieu à une convocation devant le tribunal correctionnel de Rennes », a détaillé le magistrat.

Deux conducteurs, détenteurs de matériel de sonorisation et d’un groupe électrogène (de faible puissance) ont également été relâchés, « aucune infraction ne pouvant en l’état être caractérisée après vérification », souligne le magistrat.

« Je salue l’action des services de l’Etat »

Par ailleurs, 1 645 verbalisations ont été effectuées selon le Ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, 1 220 liées au COVID-19 et 225 liées à l’usage de stupéfiants.

Partager :
Allo17.fr Bretagne
Allo17.fr Bretagne

Retrouvez les actualités importantes et vérifiées police et gendarmerie de la région Bretagne en temps réel.

Publications: 311

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *