La gendarmerie crée une mission handicap

La gendarmerie nationale a créé une mission accompagnement du handicap. C’est le lieutenant-colonel Charle qui en a la charge. Il évoque les objectifs.

Le lieutenant-colonel Grégoire Charle est arrivé au groupement de gendarmerie de Loir-et-Cher en août 2018. Officier adjoint au commandement jusqu’alors, il a quitté ses fonctions ce mois d’août. Il est désormais en charge de la mission accompagnement du handicap. Une toute nouvelle mission qui fait partie des seize projets portés par le directeur des personnels militaires de la gendarmerie nationale. Le sujet tient à cœur au lieutenant-colonel Charle, actuel président de l’Adapei 41 et père d’un enfant autiste. Il sera épaulé par un sous-officier, blessé dans le cadre de ses fonctions, et qui a déjà notamment encadré du handisport. Deux profils complémentaires pour mener à bien cette mission, l’un ayant un parcours d’aidant familial, l’autre de blessé.

Concilier vies privée et professionnelle

Le premier objectif est d’améliorer le soutien aux gendarmes, aux familles, aidants familiaux d’un proche handicapé. Sur les cent mille gendarmes en exercice en France, le lieutenant-colonel Charle indique qu’« environ deux mille foyers sont touchés par le handicap », que ce soit parce qu’ils ont un enfant ou un ascendant concerné. L’officier précise que des choses existent déjà mais qu’il « reste des zones d’ombre ». « Il faut bien comprendre les attentes des personnels gérés et les difficultés dans leur carrière. » La mission va donc notamment se pencher sur les problématiques de mobilité, de mutation, de conciliation entre la vie professionnelle et la vie privée. « Quand on a un enfant qui a un handicap assez lourd qui ne lui permet pas d’accéder au milieu ordinaire dans sa scolarité, en France, trouver une place dans un milieu spécialisé c’est complexe et ça se marie très mal avec une mobilité tous les trois à cinq ans, illustre l’officier par son expérience. Et ça, ce sont des freins à la progression professionnelle. » Concrètement, il aimerait par exemple pouvoir faire évoluer les préavis de mutation. Actuellement, les personnels sont prévenus entre janvier et mars de leur prochaine affectation, pour une prise de poste en août. Il souhaiterait que ce préavis soit d’un an, afin de permettre aux familles de s’organiser.

Le second axe de cette mission concerne les gendarmes qui souffrent eux-mêmes de handicap, suite à des blessures. Même s’il existe déjà au sein de la gendarmerie une cellule d’accompagnement des blessés, il est question d’améliorer cet accompagnement, notamment pour tout ce qui concerne les aménagements de poste.

Dans l’avenir, le lieutenant-colonel Charle souhaite aussi faire évoluer l’accueil du public handicapé dans les brigades de gendarmerie. Si des aménagements ont été faits pour les personnes en situation de handicap moteur, il reste encore beaucoup à faire pour celles souffrant de handicaps psychiques, intellectuels ou sensoriels.

Source : https://www.lanouvellerepublique.fr/blois/la-gendarmerie-cree-une-mission-handicap.

Vous aimez notre article ? Partagez-le !
Allo17.fr
Allo17.fr

Les actualités de la sécurité intérieure.

La lettre d’information de Allo17.fr

Recevez chaque Dimanche, un condensé des actualités de la semaine :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *