Refus d’obtempérer : Un homme tué à Nice, après une femme décédée à Rennes

Partager :

Ce Mercredi 7 Septembre, un policier a ordonné, à Nice (Alpes-Maritimes), à un véhicule de s’arrêter, mais celui-ci a reculé. À ce moment-là, le coup de feu est parti. Le conducteur, a été mortellement touché. Le policier est en garde à vue depuis ce Mercredi soir par par l’inspection générale de la police nationale.

Il s’agissait d’un véhicule volé

L’équipage de sécurité routière intervenait à la suite du signalement de la conduite dangereuse d’un véhicule. Selon la police, il s’agissait d’un véhicule volé. Le conducteur, de nationalité tunisienne, âgé de 24 ans, sans permis, était connu pour de multiples délits.

Dans sa fuite, il a heurté le véhicule des policiers. L’agent de 23 ans, qui a fait feu, était sur le terrain depuis 1 an et était bien noté de sa hiérarchie. Le conducteur, malgré des tentatives de réanimation, est décédé sur place. Le passager du véhicule, lui aussi d’une trentaine d’années, dont la nationalité n’a pas été précisée, a été interpellé. Les 2 policiers, légèrement blessés dans le choc entre les 2 véhicules, ont été transportés à l’hôpital.

Le policier, auteur du tir mortel, a été placé en garde à vue

Le policier, auteur du tir mortel, a été placé en garde à vue mercredi soir par l’inspection générale de la police nationale. Il s’agit d’une procédure habituelle dans ce type d’affaire, lorsqu’un policier fait usage de son arme de service et donne la mort à un individu.

Une double enquête a été ouverte. La brigade criminelle est saisie de la tentative d’homicide sur personne dépositaire de l’autorité publique et des faits de refus d’obtempérer et de recel de véhicule volé.

Une femme de 22 ans, tuée lors d’une opération anti-drogue

Cette nouvelle affaire est intervenue quelques heures à peine après qu’une femme de 22 ans a été tuée et un homme de 26 ans blessé à Rennes (Ille-et-Vilaine), là aussi par le tir unique d’un policier, lors d’une interception menée dans le cadre d’une opération anti-drogue.

14 240 refus d’obtempérer comptabilisés l’année dernière

Sur 14 240 refus d’obtempérer comptabilisés l’année dernière par la police nationale, 157 cas concernent des usages d’armes à feu sur des véhicules en mouvement.

Matthieu Valet, porte-parole syndicat indépendant des commissaires de police, explique qu’aujourd’hui, policiers comme gendarmes font face, en France, à un refus d’obtempérer toutes les 19 minutes. L’année dernière c’était toutes les 30 minutes.

Partager :
Allo17.fr Provence-Alpes-Côte d’Azur
Allo17.fr Provence-Alpes-Côte d’Azur
Publications: 111

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.