Chevaux mutilés : Un dispositif de prévention et d’intervention mis en place par la gendarmerie de la Mayenne

Partager :

Face aux attaques d’équidés dans différents départements, la gendarmerie de la Mayenne met en place un dispositif spécifique.

Un seul cas à déplorer pour l’heure en Mayenne mais la gendarmerie a déjà reçu plusieurs alertes de la part d’éleveurs de chevaux. Dans un département où la filière équine est très présente, la gendarmerie de la Mayenne s’adapte pour faire face aux inquiétudes du secteur. 

Une campagne de prévention : diffuser les bonnes pratiques 

La gendarmerie de la Mayenne a déjà contacté environ 150 éleveurs. L’objectif est de diffuser les mesures qui peuvent être prises pour se prémunir au mieux de ces attaques : 

  • Visiter quotidiennement ses chevaux.0
  • Rapprocher, si possible, les animaux des habitations où l’alerte peut être donnée.
  • Ne pas laisser de licol sur les chevaux.
  • Penser à bien verrouiller le portail de l’enclos.
  • Il est possible d’installer un éclairage, une vidéo-surveillance ou des caméras de chasse.

Il y a également des comportements à adopter ou à éviter en cas d’intrusion. Le colonel Denis Aubert, en charge du groupement de gendarmerie de la Mayenne, rappelle que « il ne faut surtout pas se faire justice soit même ». Dès qu’une intrusion est constatée, il faut immédiatement appeler le 17. La gendarmerie intervient alors systématiquement. Il y a des services de gendarmerie qui sont entièrement dédiés à cette problématique actuellement. 

Autre précaution à prendre, si jamais une mutilation sur un cheval est constatée, « surtout ne toucher à rien avant l’arrivée des gendarmes ! » indique le colonel. Il faut garder intact le lieu pour que les équipes techniques et scientifiques puissent regrouper des preuves. Ces mutilations sont, bien sûr, punies par les loi. Les malfaiteurs risquent 2 ans de prison et 30 000 euros d’amende.

Un dispositif de surveillance en place 

La gendarmerie de la Mayenne a mis en place une surveillance près des élevages avec des patrouilles « en tenue , en civil, la nuit, le jour ». « Nous avons déjà fait appel à un hélicoptère, » indique le colonel Aubert qui précise que ce type d’opération pourra se répéter. A chaque signalement, les gendarmes interviennent immédiatement. 

En complément de cette surveillance, une « consultation sûreté » est possible. Les gendarmes viennent alors sur place pour faire un diagnostique et conseiller les éleveurs sur les meilleures mesures à adopter. 

Pour sensibiliser les professionnels de la filière, une brigade de contact mobile sera présente ce weekend à l’hippodrome de Craon pour les Trois Glorieuses. Deux cavaliers de la gendarmerie seront également sur place.

Source : https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/chevaux-mutiles-un-dispositif-de-prevention-et-d-intervention-mis-en-place-par-la-gendarmerie-de-la-1599229109.

Partager :
Image par défaut
Allo17.fr Pays de la Loire
Publications: 93

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.