Mesnils-sur-Iton : Le conseil vote la création d’une police municipale

Partager :

Mesnils-sur-Iton (Eure) aura sa police municipale. Deux fonctionnaires devraient être recrutés en 2021 pour assurer des missions de prévention, éducation et répression.

C’était une promesse de campagne de la liste conduite par Colette Bonnard lors des élections municipales. Le Jeudi 26 novembre 2020, le conseil municipal de Mesnils-sur-Iton (Eure) a décidé de doter la commune d’un service de police municipale.

120 000 € de budget annuel

Financé grâce aux 120 000 € d’économies réalisées chaque année, avec la baisse des indemnités votée en séance d’installation du conseil, le service, installé dans les locaux de la mairie, sera doté dans un premier temps de deux agents.

« Pourquoi maintenant ? » a interrogé Sylvie Bulofer-Pusey en réclamant les chiffres de la délinquance, sa progression sur les trois dernières années. « On constate tous les jours qu’il y a besoin d’une police municipale. La gendarmerie ne peut pas tout faire », lui a répondu Colette Bonnard.

Police ou médecins ?

Sans état des lieux précis de la délinquance, la conseillère municipale d’opposition aurait préféré que la commune investisse autrement. « Compte-tenu du déficit avéré de médecins généralistes sur la commune, n’aurait-il pas mieux valu investir cet argent dans la recherche réelle de médecins ? » a-t-elle plaidé en citant en exemple La Couture-Boussey. Une commune de 2 331 habitants où « ils ont réussi à recruter deux jeunes médecins dans une maison médicale digne de ce nom avec infirmières, ostéopathe, orthophoniste, kiné, podologue… » Ce n’est pas le sujet.

L’opposition réclame des garanties sur le recrutement des futurs agents

La création d’un service de police a été évoquée pendant la campagne, « on a été élu pour ça » a précisé le premier adjoint. Un brin excédé par les questions des élus de la liste conduite par Catherine Desnos, Xavier Lebon a fini par craquer quand Mylène Gajic a interpellé la majorité sur les conditions de recrutement des futurs fonctionnaires de police. « Notre groupe n’a pas trouvé de consensus et donc chacun d’entre nous votera suivant ses propres convictions. Cependant, nous nous accordons sur des points de vigilance essentiels lors du recrutement de ces agents de police qui permettrait une relative acceptabilité de la décision qui va être prise ».

« Nous allons essayer de recruter les bonnes personnes. Vous nous prenez pour des débiles ? » s’est étranglé le premier adjoint, fatigué par la « défiance continue » de ses opposants. « On sera très vigilants, ce sera très encadré » a tenté de rassurer Colette Bonnard, alors que Samuel Cotard réclamait la présence d’élus minoritaires lors du casting des futurs policiers municipaux. « La police est sous l’autorité du maire » a souligné le directeur général des services pour clore le débat.

Reste à savoir si deux agents suffiront pour couvrir le territoire de la commune nouvelle. « Il faut commencer avec deux et voir ce que cela donnera, ensuite on réajustera. Deux, huit, dix ? Je n’ai pas de boule de cristal », a précisé Colette Bonnard avant de passer au vote. Résultats : 7 voix contre, 7 abstentions, 27 pour. La police municipale est sur les rails.

Partager :
Image par défaut
Allo17.fr Normandie

Retrouvez les actualités importantes et vérifiées police et gendarmerie de la région Normandie en temps réel.

Publications: 45

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.